Stock footage gratuit

Stock footage gratuit

Stock footage gratuit.

Ce n’est pas la première fois que l’on me sollicite pour m’acheter des images qui sont diffusées gratuitement sur le web.
Effectivement, Artpressemedias.com réalise de sublimes reportages, c’est vrai, mais je doute fortement que ces maisons de production audiovisuelle voire des TV audiovisuelles internationales comprennent le sens esthétique et narratif de notre réalisation.

 

Le Stock footage gratuit, on tourne en rond ?

 

D’ailleurs, nous avons des reportages pourris techniquement aussi sur APM. Leur but est de trouver de la matière première pas cher voire gratuite. À noter qu’en cas d’affaire ils sont protégés même si le revendeur n’a pas forcément certains droits. Le tour est joué pour eux ils peuvent revendre, remonter les images qu’ils viennent de s’accaparer.

 

| Le Stock footage gratuit – Plusieurs demandes pour ce reportage – Comment tuer la créativité ?

 

Ce qui est très dangereux dans le monde du documentaire, la presse étant déjà contaminée et la communication pour entreprise coulée depuis longtemps par ces méthodes sauvages.
On truque, on manipule donc et on fait de la base de données pour revendre aux clics.
Bon nombre de grands spécialistes de la production audiovisuelle ne jurent que par ces procédés, on achète des images sur Internet (dans des bases de données) et on construit son documentaire ou son interview.
Tous le monde avec les mêmes images, tout le monde avec les mêmes paysages, tout le monde avec les mêmes images aériennes.

 

| Le Stock footage gratuit – Encore plusieurs demandes pour ce reportage – Comment tuer la créativité ?

 

Exemple: j’ai envie de faire un documentaire en Thaïlande, j’achète les paysages, vue aérienne, etc. sur de la base de données. Je demande à une société de production sur place de me faire les interviews et mon documentaire est terminé et monté en 10 jours.
Je peux aussi assister en direct à la production et réalisation des interviews sans me déplacer, même si là c’est un autre sujet.
Je peux aussi faire faire l’interview à l’aide d’un portable par un amateur et je réduis encore plus les coûts de production… Puis je mets la fameuse voix-off. On brouille encore plus, on embrouille encore mieux.

 

| Pour acheter un reportage Artpressemédias, c’est 950 000 euros la seconde.

 

Après, on retouche un peu les images et bingo j’ai fait mon documentaire en Thaïlande sans connaître quoi que ce soit du pays, des gens, de la culture, de la nourriture… Aucun contact avec la Thaïlande mais j’ai fait la Thaïlande, ridicule.
Et forcément le réalisateur et la production n’ont après aucune discussion quand on pose des questions sur des anecdotes, ils n’ont rien à dire à part parler de leur logiciel.

 

| Cela me paraît évident de construire ces propres images.

 

Je me demande même à quoi sert cet article, cela me paraît évident de construire ses propres images car souvent le plaisir du voyage et de la rencontre est le moteur même de l’énergie quotidienne que l’on consacre à une telle aventure, celle de la création.
Lisez Albert Londres, bande de crétins !

Alors dans le monde du film de l’entreprise et de la communication, de telles méthodes existent depuis longtemps et ne cessent de pourrir la profession. L’audiovisuel lui aussi prend ce chemin, tout le monde avec les mêmes images de coupe et le téléspectateur ne verra rien.
Il ne comprend rien le téléspectateur.

On s’échange les vidéos, on les coupe, les re-coupe, on les traficote, on met des filtres de toutes les couleurs… et on ne se déplace plus, on reste branché sur son I-PHONE à chercher des images gratuites.

Alors si vous voulez gagner beaucoup d’argent, montez des bases de données d’images et vendez vos images 1 euro.
Toutes les maisons de production viendront faire leurs courses chez vous et on aura tous les mêmes images dans la tête à défaut d’avoir des lapins dans la tête.

Heureusement, vous avez encore des sociétés audiovisuelles qui souhaitent construire leurs productions de A à Z, idem pour les reportages e- presse.

Le côté pervers de ce système, c’est que les gens qui créent ces bases de données seront toujours devancés par la technique donc ils seront obligatoirement obligés de filmer et re-filmer avec les nouvelles technologies souvent les mêmes endroits.
(Les images de coupe deviendront vite dépassées par les technologies, puisqu’il s’agit d’images de remplissage).

 

| Le Stock footage gratuit n’existe pas chez artpressemedias.com!

 

Alors qu’une image construite avec un sens, une réflexion (voire une interview, ne sera jamais démodée).

Toute la différence se situe à ce niveau: soit on place son travail sur un objet de communication standardisé et pas cher prêt à la revente, soit on développe la créativité avec un minimum de sens et un respect sur l’authenticité de son travail de créateur, plein de sentiment aussi.

Car on est tous des créateurs, mêmes les pompeurs… La pompe est une réelle compétence.

Donc, chez Artpressemédias, on ne vend pas d’images aux médias, chargées de prod, TV etc… elles sont à nous, rien que pour nous.