Dessinatrice de liberté avec Willis from Tunis •

Dessinatrice de liberté avec Willis from Tunis •

Nadia Khiari accède à la notoriété pendant la révolution tunisienne de 2011, alors qu’elle commente les événements sur les réseaux sociaux par l’intermédiaire de son personnage, le chat Willis from Tunis.

Nadia Khiari interviewée lors du Festival du Dessin Presse et de la Caricature de l’Estaque en France.

Nadia, alias le chat Willis, j’ai tout de suite eu envie de l’interviewer.
Elle est très sympathique et même un peu réservée, elle observe la vie comme les chats.
Par contre, lorsqu’il s’agit de parler devant la caméra, elle est toujours partante et toujours disponible. De façon très humble, elle m’a même remercié pour cet article, ce qui n’est pas toujours le cas chez d’autres artistes. Mais on s’en fiche pas mal car, elle au moins, on ne se lasse pas de l’écouter.

«Nadia lutte contre les islamistes et se bat contre l’homophobie»

J’ai remarqué que dans ses réponses elle parle beaucoup de lutte. Et oui, en Tunisie l’oppression est très forte et les dessinateurs de liberté sont en première ligne. Avec Nadia, j’ai senti qu’il n’y avait pas de calculs de sa part, elle parle avec sincérité et elle aime la Tunisie.
Nadia lutte contre les islamistes et se bat contre l’homophobie depuis son pays à travers les coups de griffes de Willis.
Rendez-vous compte, depuis la Tunisie, là où les frontières sont quand-même assez poreuses.

«Willis from Tunis, une heure d’avion, et hop votre liberté de pensée prend un coup dans l’aile»

Lors du Festival du Dessin de Presse de l’Estaque, je me rappelle de son discours. Elle disait, juste avant de repartir pour Tunis, qu’elle retournait au moyen-âge.
Une heure d’avion, et hop votre liberté de pensée prend un coup dans l’aile. Eh oui, c’est comme ça, tous les pays n’ont pas la chance de trouver du Charlie Hebdo dans les kiosques.

En conclusion, cette femme mérite le plus grand respect car peu de gens sont capables de se battre pour préserver la liberté, et surtout contre des forcenés.
Chapeau, Madame ! Chapeau Willis !