Marìa Verònica Ramìrez - Monument de la liberté tout court •

Marìa Verònica Ramìrez - Monument de la liberté tout court •

Marìa Verònica Ramìrez –
Artiste de Buenos Aires en Argentine.

Une interview pleine de sens celle de Maria, la femme de Carlos Loiseau, monument du dessin argentin et monument de la liberté tout court.

Carlos Loiseau

Nombre d’expositions sur l’Amérique du Sud et plus particulièrement sur l’Argentine n’auraient jamais pu se dérouler à Paris où en Europe de nos jours sans les valeurs de liberté défendues par ces deux-là. Carlos Loiseau et Maria se sont battus contre la dictature militaire d’Argentine en 1978 et n’ont jamais retourné leurs vestes.

 

Sans eux, et sans leurs artistes amis courageux, on ne parlerait pas de l’Argentine de la même manière aujourd’hui et peut-être même de toute l’Amérique du sud.

 

Marìa Verònica Ramìrez

Marìa Verònica Ramìrez a toujours le sourire qui accompagne ses paroles.

Alors, Maria, je l’ai rencontrée sur Facebook : comme quoi ! Puis, je me suis rendu en Argentine et à cette occasion me suis rendu dans son quartier de San Telmo pour réaliser cette interview.

Maria est une passionnée d’art, de peinture et de dessin. Elle est toujours disponible même si elle a très peu de temps pour tout faire. C’est une artiste qui a réussi à s’imposer dans le monde de la télévision. Elle a ses réseaux, elle travaille dur, elle produit et se plaint rarement… Maria a toujours le sourire qui accompagne ses paroles, je crois que c’est une de ses grandes forces.

La disparition de son mari Carlos Loiseau l’a beaucoup fragilisée car ils avaient l’habitude de deux choses : s’aimer et travailler ensemble, si compliqué normalement pour d’autres couples. Mais là aussi ce fut une réussite. Leur dernier grand projet fut un long métrage en animation, qui a pris plus de sept années dans sa réalisation, avec bien sûr encore un succès à la clé. Et quelle belle œuvre. Un travail titanesque.

Marìa Verònica Ramìrez et l’univers de Monstriña.

Maintenant, Maria continue sa carrière avec le personnage de son imaginaire : une petite fille Monstriña qui vit avec son ombre, ou plutôt ses ombres. Elle discute avec elles et toutes deux avancent ensembles dans cette nouvelle vie.

L’enfance, pour elle, est la clé de tout.

De nombreuses expositions en Argentine à l’étranger se sont déroulées, elle souhaite maintenant faire découvrir son personnage aux Parisiens, qui est encore la capitale de la liberté d’expression dans le monde !

 

Marìa Verònica Ramìrez est la lauréate de la 8ème édition du Zind-Kala-Wasté 2016 se déroulant à Paris.