De quel droit peut on parler de liberté d’expression à Marseille ?

Franchement ils nous prennent pour des imbéciles, non pas les élus comme Samia Ghali, Macron, Mélanchon, le maire d’Arles où le grand maire des bouches du trône Jean-Claude Gaudin mais les médiocres.

Le plus terrible dans ce beau pays qui est la France, et surtout le sud c’est cette hypocrisie d’organisateur de festival ou journaux indépendants, radios libres indépendantes. Tôt ou tard ils vous mettent la pression, ne vous parle plus tire un peu la gueule … dès que vous touchez leur liberté de censure et que vous poussez un peu trop loin la liberté de la parole c’est à dire la critique de leur liberté. De toute façon dès qu’on touche à la petite piscine de l’espèce humaine les portes du jardin se ferme.

 

La liberté de la presse muselée à Marseille – Dialogue impossible avec les médias indépendants.

 


La liberté de la presse muselée à Marseille.

À partir du moment où vous avez du fric de l’état, d’association, de pseudo-parrainage de médias locaux où de club de la paresse, ils devient très difficile pour eux de dialoguer avec des indépendants (les sans politique, les sans financement, les passionnés ceux qui ne votent pas pour la plupart). En gros le premier parti politique de France.

Pour nous c’est sans aucun doute des hommes plus courageux que les autres dans leur carrière artistique même si le non financement public n’est pas que du courage ou de la liberté d’expression cela peut être aussi de l’égoïsme où de l’orgueil.
Mais cela est vrai ce n’est pas facile de réussir sans le coup de pouce des médias et des politiques. Ok, passons.

Mais de parler de liberté de la presse de pays ou les populations souffre toujours beaucoup pour se soigner, s’habiller, parler et manger par exemple, que la mort rôde en permanence, comment peut-on se regarder (les politiques) le matin dans sa glace en sachant que l’on représente des dizaines de milliers d’électeurs et que sans se poser de questions on parle de la liberté d’expression alors que l’on a l’inspection judiciaire coller aux fesses. Idem pour les médiocres.

L’arrogance des politiques est là et bien présente et de nombreux articles depuis plus de 50 ans parle de cette effronterie des hommes politiques marseillais qui tapent dans la caisse.
Mais le plus alarmant comme dans toutes les injustices de notre espèce ceux sont les médiocres ceux qui profitent dans l’ombre de ses prérogatives. Et le jour où le bateau coule pour leur chef, ils vous disent en baissant la tête je ne savais pas je ne suis pas au courant.

C’est connu à Marseille on préfère casser les belles initiatives que évoluer. On voit le résultat tout le monde tourne en rond dans cette ville.

D’ailleurs bon nombres de dessinateurs de liberté Marseillais ou Pakistanais vivent très mal leur situation financière plus que précaire, alors les élus qui tapent dans la caisse et les médiocres (Certains artistes) qui bouffent les miettes…

La dernière chose à retenir dans cette article ridicule c’est que dans la vie et surtout à Marseille il faut être intelligent pour réussir et non pas avoir raison. Donc pour les personnes désireuses de s’aventurer dans ce bourbier association-gauchoco-pme-politico-voyou-culturel-capitale-de-la-médiocrité-corse de droite-rn,… You’re welcome!

 

Ne perdons pas de temps et rentrons vite dans le sujet, l’affaire de la sénatrice Samia Ghali a quand même bien éclaboussé cette édition du Festival du Dessin de Presse de l’Estaque 2017.
Cette élue, qui en avait fait sa fierté visiblement, est arrivée aussi vite qu’elle est repartie. Nous ne sommes pas là pour juger, mais cela tombe un peu mal pour cette édition du FIDEP 2017 qui a comme thématique la liberté d’expression. Vivement les dessins sur cette actualité!