Un statut de réfugié humanitaire - Avec Hilaire Nasson •

Un statut de réfugié humanitaire - Avec Hilaire Nasson •

Un statut de réfugié humanitaire –

Hilaire Nasson s’est pris une dépêche AFP sur la tête: tant mieux, il le mérite.

Suite au tremblement de terre meurtrier d’Haïti en janvier 2010, nous découvrons Hilaire Nasson inquiet au plus haut point, prêt à aider ses compatriotes. Mot à ne pas confondre avec le terme patriote de certains racistes.


 
Hilaire Nasson, c’est la vie: toujours à l’écoute de l’autre. C’est le genre de bonhomme capable de faire un clip, partir au secours de son pays, «chéri Haïti», interviewer des Stars,… et même à l’heure où je vous écris, de tenir la nuit la station d’essence la plus dangereuse de Marseille. Donc du monde, car Marseille c’est le centre du monde, pas vrai ? Il est courageux, Nasson, et ne rechigne pas à la tâche. Et ceci il faut bien le préciser à tous ceux qui refusent l’arrivée des réfugiés politiques. La plupart crèverait pour trouver du travail, et ne recule devant rien pour mériter l’aide qu’on lui donne. Les réfugiés ne veulent pas retourner vers la misère et souvent vers la mort. Ils veulent travailler et vivre, c’est tout.

«Un statut de réfugié humanitaire envers les autres peuples»

Dans le deuxième reportage, Hilaire Nasson nous livre quelques images prises sur le vif quelques semaines après le tremblement de terre survenu en Haïti. On découvre la sensibilité de Nasson, son attachement aux personnes et la cause qui l’intéresse le plus: les enfants.
Chose très importante, ce film exprime la volonté de créer un statut de réfugié humanitaire. Celui-ci permettrait, le temps d’une catastrophe, d’accueillir un temps ceux qui ont besoin de soins. Car nous sommes tous des Hommes.

• Marseille 22 Janvier 2010. Un représentant de la communauté haïtienne à Marseille a réclamé lundi l’asile temporaire pour les Haïtiens vivant en France, sur le modèle du statut accordé par le gouvernement américain à la communauté haïtienne des Etats-Unis après le séisme qui a ravagé l’île. « Il faut accorder un titre de séjour temporaire à tous les Haïtiens présents en France, légalement ou de façon irrégulière, comme cela s’est fait aux Etats-Unis », a demandé Hilaire Nasson, président de l’association des réfugiés haïtiens à Marseille, lors d’une réunion à la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (Paca) sur l’aide à apporter à Haïti. La ministre américaine de la Sécurité intérieure, Janet Napolitano, a accordé vendredi un statut de protection temporaire aux ressortissants haïtiens qui se trouvaient aux Etats-Unis le 12 janvier 2010, date du séisme. Il leur permet de continuer à y vivre et travailler pendant 18 mois. Le ministre de l’Immigration, Eric Besson, a suspendu la semaine dernière les mesures d’expulsion pour les Haïtiens séjournant en France de façon irrégulière et annoncé un dispositif exceptionnel et temporaire d’accueil des victimes du séisme. Près de 80.000 ressortissants haïtiens vivent en France. (Source AFP)