Zind-Kala-Wasté 2016

Zind-Kala-Waste 2016 •

Le Réservoir du Zind-Kala-Waste

 

Ils sont venus et ils sont déjà repartis : c’est un peu ça, le Zind-Kala-Wasté au Réservoir ce 4 novembre 2016. Un an après les attentats de Paris, on a eu chaud : en novembre 2015, on aurait pu y passer. Encore toutes nos pensées pour les victimes.

Le Zind-Kala-Wasté • 4 novembre 2016 • Au Réservoir à Paris • Entrée Libre

Mon documentaire sur Buenos Aires est passé en début de soirée avec l’interview de Maria, la lauréate du Zind-Kala-Wasté 2016. Mais bon, on a pris du retard d’entrée de jeu et donc les diffusions n’ont pas été faites au meilleur moment de la soirée. Bref un petit plantage au début.

 

Le Réservoir du Zind-Kala-Waste
Le Réservoir du Zind-Kala-Waste •

 

De plus, le champagne aussi est arrivé au dernier moment : un autre petit couac. Je me suis dit que ça commençait sur le plus mauvais tempo mais j’avais ma doudoune que j’ai utilisée d’ailleurs en Argentine pour faire mon doc, elle m’accompagnait.

Et curieusement, je n’avais pas chaud dans cet établissement du Réservoir, souvent chaud bouillant pourtant. Les ex-Négresses vertes était là, devant moi, en train de faire les balances. J’ai écouté un ou deux morceaux, je suis sorti et j’ai tout de suite compris que ce 8ème Zind-Kala-Wasté fonctionnerait. Et oui, c’est toujours comme ça : le bon vin, ça vieillit bien, même si ce soir c’était plutôt du champagne.

 

Le Réservoir du Zind-Kala-Waste
Le Réservoir du Zind-Kala-Waste •

 

Bref, vous savez, avec ma toute petite expérience, je reste calme, les mains dans les poches, enfoui dans ma Doudoune Patagonie et je tempère.

Le One Man show d’Hocine Slimane fut très contrasté. Hocine y est allé comme d’habitude, pas de problème, par contre les coups peuvent tomber. En l’occurrence, les coups c’était les gens qui dînaient, donc capter l’attention vraiment pas facile. C’est un peu comme la télé : les gens peuvent zapper une vanne contre une plancha au chorizo, mais le zind-Kala-Wasté c’est comme ça si tu ne peux pas, tu rentres chez toi, salut.

 

Le Réservoir du Zind-Kala-Waste •
Le Réservoir du Zind-Kala-Waste •

 

Mais Hocine Slimane ne lâche pas, donc il a continué, comme un bon grand frère des cités, il ne lâche pas ses amis Hocine, maintenant c’est à lui de comprendre pourquoi la cloche à fromage n’a pas tourné dans le bon sens par moments, même si, je le répète, la performance était assez délicate.

Bon, moi, je continuais à galérer avec mon doc, le repassait, mais de toute façon les gens préféraient boire de la caipirinha. J’ai donc décidé que non, c’est le petit luxe de l’organisateur de faire ce qu’il veut, et puis j’étais tellement bien dans ma doudoune, pourquoi se mettre à transpirer et devoir s’expliquer en permanence sur ce qu’on fait.

Et les ex-Négresses commençaient à s’impatienter de jouer, mais toujours de manière courtoise : on est dans la famille nombreuse des Manu Chao, Bruce Springsteen, Ali Farka Touré etc. Donc, pas d’inquiétude à avoir, eux savent ce que c’est que la liberté de jouer dans les bars, avec eux tout roule.

 

Le Réservoir du Zind-Kala-Waste •
Le Réservoir du Zind-Kala-Waste •

 

Le goupe Mellino a d’entrée jeu sorti son répertoire : le son des instruments a tout de suite électrisé la belle salle du Réservoir (dernier concert des Négresses Vertes en plus) et a calmé tout ce petit monde. Enfin, ils ont surtout fait transcender nos amis parisiens. Encore merci au groupe Mellino, ce fut très électrisant et vraiment rassurant d’avoir encore des artistes de cette trempe dans les rues parisiennes à l’heure des pseudo réseaux sociaux et puis de toute façon je préfère le risotto.

 

Le Réservoir du Zind-Kala-Waste •
Le Réservoir du Zind-Kala-Waste •

 

Bon, j’ai presque finit pour ce 8ème Zind-Kala-Wasté avec l’affiche de Na!, côté fréquentation 150 personnes pour ce jour de liberté, celui de la Convention des Droits de l’Homme du 4 novembre 1950. Jour de liberté encore une fois adressé à la lauréate du Zind-Kala-Wasté 2016 : Maria Veronica Ramirez et son Mari Caloi, deux artistes réellement impliqués pour la liberté de créer dans le monde et plus particulièrement en Amérique du sud.

 

Le Réservoir du Zind-Kala-Waste •
Le Réservoir du Zind-Kala-Waste •

 

Du coup, Mary de Vivo, la directrice du Réservoir nous donne une petite note de 15 sur 20 pour ce Zind-Kala-Wasté 2016 par contre 0 sur 20 pour la communication. Le problème est que je vais devoir enlever ma doudoune d’Argentine s’il fait trop chaud. Encore merci Mary de soutenir cet événement un peu trop libre.

Nous tenons à remercier aussi les Amérindiens du côté de Denver qui sont à l’origine du nom Zind-Kala-Wasté et de la philosophie de ce prix, bientôt on viendra vous voir, mais sans les doudounes.

La liberté n’a pas de prix.

Ciao,