Documentaire sur Marseille

Documentaire sur Marseille

Documentaire sur Marseille.

Voici un documentaire sur la ville de Marseille, entrecoupé de différentes séquences. Marseille, on aime ou on n’aime pas vraiment. On le voit très bien dans ce documentaire, la misère est partout et pas seulement dans le porte-monnaie.

 

Documentaire sur Marseille, au bout d’un moment c’est plus productif –

 

Ville au ralenti oui, mais toujours sur de la rigolade au bout d’un moment c’est pas productif.

Documentaire sur Marseille
Documentaire sur Marseille

Donc, Marseille la ville populaire, ouais bof, plutôt truand populaire. J’aurais aimé la connaître dans les années 20. Mais elle a mal vieilli. Trop de corruption arrogante et vulgaire.

Tiens, vous allez à Arles les gens sont beaucoup plus gentils, malgré un maire arriéré avec des idées de coco en 2017. Enfin, communiste pour les votes, mais il reste dans la politique des petits copains lui aussi. Et cette odeur nauséabonde parfois dans les rues selon le vent ! Insupportable. Usine ? Engrais ? Comprend pas. Tout le monde fait l’autruche et dit ne rien sentir. Pathétique.

 

Documentaire sur Marseille
Documentaire sur Marseille

 

Documentaire sur Marseille, les politiques, c’est la catastrophe : ils gaspillent n’importe comment l’argent et n’en ont rien à faire des gens –

 

Donc, pour en revenir à Marseille, une ville statique, vous y allez une journée et vous vous tirez. Même si, c’est vrai, les gens sont gentils à part les truands. Les politiques, c’est la catastrophe: ils gaspillent n’importe comment l’argent et n’en ont rien à faire des gens. Enfin, c’est la définition d’un politique aujourd’hui non ? Disons que les Marseillais étaient en avance sur les autres dans ce domaine…

Documentaire sur Marseille
Documentaire sur Marseille

Puis, il y a leurs fameux réseaux marseillais d’entrepreneurs. Minables. Ça roule en 4×4 ou Audi et ça mange la bouche ouverte tout en se léchant les doigts et gueulant à tue tête. Certains trouvent cela authentique. Moi je trouve cela authentiquement insupportable et même pas drôle. C’est parvenu, c’est vulgaire, c’est jaloux, bête et méchant le PMEiste marseillais. T’en as vu un, t’as tout compris. Next.

 

On vend de l’OM et ça marche –

 

Alors, comme beaucoup de gens qui ne sont pas nés à Marseille mais qui y habitent, les gens d’ailleurs font des affaires dans d’autres villes comme Lyon ou Paris. C’est pourquoi Marseille marche sur trois pattes économiquement. Et, quand la première économie de la ville c’est la drogue, forcément, Marseille marche sur deux pattes.

Documentaire sur Marseille
Documentaire sur Marseille

Alors, pour endormir tout le monde, on vend de l’OM et ça marche : les gens oublient les difficultés de cette ville même si ce club ne gagne plus grand-chose. Vous savez, Marseille, c’est un peu les invités que l’on ne souhaite pas inviter à son dîner. Ça commence toujours bien dans la rigolade et, après 5 apéros, ça fini dans la vulgarité, voire des propos désagréables si vous faites du second degré ou de l’esprit, qu’ils ne comprendront pas.

Donc, à l’heure de la mondialisation où les gens voyagent partout, les capitales économiques fleurissent partout et la misère aussi d’ailleurs, que va devenir Marseille avec de si grosses lacunes ?

 

Documentaire sur Marseille
Documentaire sur Marseille

D’ailleurs, Marseille a perdu son rôle majeur en Méditerranée, elle ne sera jamais une capitale. Merci les élus et les grévistes. Voilà ce qui se passe quand on se réveille à la dernière minute, bref, des incapables, mais ça on le sait depuis 30 ans. Il y en a des bons. Mais ils sont partis.

 

Merci les élus, 30 ans avec la même bande d’élus et voilà le résultat –

 

Donc, Marseille doit se débrouiller seule sans transports en commun efficaces, un aéroport minable digne du Kosovo, une économie plus que fragile, la moitié de la métropole croule sous la pollution et les cancers. Et puis cette saleté, cette vétusté, ça vous plaît de vivre comme çà franchement ? C’est incompréhensible. Merci les élus, 30 ans avec la même bande d’élus et voilà le résultat. Et quand j’entends les gens me parler de qualité de vie, que-dois-je leur dire: “Buvez du Ricard vous n’y penserez plus”.

 

Documentaire sur Marseille
Documentaire sur Marseille

Pour ce petit constat, pas de scoop, une ville de loosers qui n’ose pas. Ils font du copier-coller mais en -XXL bâclé.
Ils parlent d’identité à chaque coin de rue mais ils en n’ont aucune au final.

 

La capitale de la Méditerranée sera attribuée à Barcelone ou Genova – et c’est très bien comme ça.

 

La capitale de la Méditerranée sera attribuée à Barcelone ou Genova et c’est très bien, les bons élèves doivent êtres récompensés, même si nous aimons aussi les cancres. À condition qu’ils aient de l’esprit. Hors, Marseille est d’une déprime! Promenez-vous un dimanche soir… la mort.

Alors, Marseille doit-elle devenir un supermarché, un carrefour Géant où les gens se bousculent sans s’excuser?
La capitale des beaufs, ça lui irait bien, n’en déplaise à la mauvaise fois des bobos qui s’y sont installés.
La capitale du cannabis légalisée, pourquoi pas ? La capitale du Ricard, une des boissons les plus dégueulasses que je connaisse.
Le seul conseil pour cette ville c’est de rester sur le peu d’acquis qu’elle a, c’est à dire la corruption et l’anarchie.
Par exemple, cette ville pourrait très bien se débrouiller sans les politiques, les citoyens marseillais feraient aussi bien. Aussi mal, pardon.
Pour filmer, par contre, c’est génial : tout le monde souhaite être filmé à Marseille, la photo aussi. Et de ces scènes dans les rues…

 

 

“J’aime bien Marseille, vivement les favelas -“

 

Donc un constat un peu sévère mais réaliste. Pour moi, une ville bloquée avec des mentalités d’un autre âge même si j’aime bien Marseille, vivement les favelas !
Ils se prennent pour des rebelles mais c’est facile quand tu vis aux crochets des subventions.
Même pas la noblesse des saltimbanques qui vivaient uniquement de leurs moyens.
Des assistés et des arnaqueurs accrochés à l’état… C’est la continuité de la Corse, quoi.
Alors, pour reprendre un film ivoirien excellent, à la question : belote ou re-belote, je réponds: je passe.